Les Dawn n'en font qu'à leur tête !

20 novembre 2006

Ah, les Dawn !

Dawn_001

Il y a des fois où on a envie de les laisser faire, nos petits Sims.
Il y a des fois où on a envie de rigoler de leurs bêtises.
Et il y a des fois bien des fois...
Le libre-arbitre, magnifique invention de la part de Maxis, mais aussi nid à ennuis permanents.
Voici donc les Dawn, un petit futur couple de futurs amoureux qui, espérons-le, mettrons leur libre-arbitre à profit afin d'avoir une vie heureuse... En même temps, quand on connait les Sims, on sait que c'est pas gagné. Mais les Dawn, eux, ils voudraient bien nous prouver l'inverse, c'est pourquoi ils ont décidé de vivre ensemble, pour le meilleur, mais surtout pour le pire.
Je crois qu'on va bien rire.

C'est bien la première fois que je m'embarque dans le challenge du libre-arbitre. C'est vrai que c'est plutôt reposant, de voir nos Sims déambuler tous seuls... mais quand il s'agit de rattraper leurs bourdes, c'est pas une sinécure ! Alors en avant la musique, les Dawn sont arrivés et ils ne comptent pas vous lâcher !

Règles du Challenge, créé par Fonsine :

Le principe est de laiser à vos Sims tout leur libre arbitre... ce qui n'est guère facile, je vous l'accorde. Vous disposez, au départ, d'un couple de Sims de n'importe quel aspiration ainsi que d'un petit pécule de 20.000 § avec lequel vous acheterez un terrain de 3x3. Avec le reste de cet argent, ainsi qu'avec celui que vos Sims gagneront, vous pourrez acheter des objets. Cela vous vaudra 1 point si cet achat est inscrit dans les désirs du jour de vos Sims.

Chaque fois qu'un Sim comblera par lui-même l'un de ses désirs, vous marquez 1 point.

Obliger un Sim à faire une action inscrite dans ses désirs ne comptera ni point, ni malus.

Décider d'une action alors que le Sim n'y pense pas vous coûtera 1 point de malus.

Interrompre une action vous coûtera aussi 1 point de malus.

Si l'un de vos Sims réalise une de ces craintes, vous mangerez 1 point de malus.

La visite du spy est redevable de 5 points de malus (y a pas intérêt à contrarier vos Sims).

Et enfin, le challenge se termine à la mort du dernier Sim.

Evaluez les performances :
De 0 à 10 points : Crétins de première
De 11 à 20 points : Cancres du fond de la classe
De 21 à 30 points : Dégourdis sans malice
De 31 à 40 points : Bricolos du bonheur
De 41 à 50 points : Imbéciles heureux
De 51 à 60 points : Décemment intelligents
De 61 à 70 points : Débrouillards de première classe
De 71 à 80 points : Adultes responsables
De 81 à 90 points : Petits prodiges du bien-vivre
Au delà de 90 points : Virtuoses du bonheur

Voilà, amusez-vous bien !

Posté par ParkerJones à 16:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


1. Desert Island, nous voilà !

    Eux, ce sont les Dawn. Des gens ordinaires, typiques, sans surprises. Des Sims, quoi. Et les Sims, tout le monde le sait, il faut se les farcir.

    C'est dans le petit quartier de Desert Island que notre futur couple modèle décide de s'installer. Avec 20.000 § en poche et un petit terrain de trois par trois, ils ont de quoi voir l'avenir arriver. D'autant plus qu'ils doivent évoluer sans que personne ne leur force la main. Moi qui ai toujours tendance à être une déesse pour mes Sims, il va falloir que je me retienne.

    Allez, trêves de bavardages, faisons un peu les présentations.


    Lui, c'est Harper. Rouquin, beau mec de surcroît avec sa petite barbichette bien taillée, des yeux à faire tomber un mort, un look un peu latino... bref, un gars que toute fille digne de ce nom rêve d'avoir. Le hic, et ça ces demoiselles ne le savent pas, c'est qu'il est d'aspiration popularité, macho comme pas deux, aussi propre qu'une voiture qui crache une fumée noire dans les rues, flemmard au possible... Il adore les rousses et le maquillage mais n'aime pas les rondeurs imposantes. J'espère que sa colocataire fera en sorte de garder la ligne, sinon c'est mal barré pour la suite.


    La jolie rouquine que vous voyez là, c'est Aliza. Belle, grande, un physique à faire pâlir un vampire, un sourire à décrocher la lune, des yeux violets qui laisserait sur le dos le premier venu. D'aspiration famille, elle est gentille et douce, c'est une véritable petite fée du logis qui ne rêve que d'une chose : marier six petits-enfants. En bref, c'est une fille qui correspond parfaitement à ce que recherche notre latino de service. Reste à voir si Harper lui convient, à elle, et vu le caractère du bonhomme, je peux affirmer sans me tromper que ça va chauffer sous les toits.

Dawn_001

    D'ailleurs, ça commence bien. Fort de son look de tombeur, Harper tente une approche pas en douceur. Comment voulez-vous qu'Aliza accepte de se faire prendre dans les bras dès la première rencontre ?

    - Eh là ! lance-t-elle en s'écartant. Nous n'avons pas garder les cochons ensemble, un peu de tenue, je vous prie !

    - Bah quoi ? Il fait un peu frais, alors je me suis dis que j'allais te réchauffer un peu.

    Ou comment bien détériorer une relation qui n'a même pas commencé...


    L'achat de leur terrain ne leur a pas coûté trop cher. J'ai pu leur faire construire une petite baraque sans les rendre pauvres. Pensez-vous, je me méfie d'eux, à tel point que je leur ai laissé une bourse de près de 8000 § pour qu'ils achètent des meubles... sous mon regard bienveillant et intraitable.

    Forcément, c'est pas encore le nec plus ultra du top du mieux, mais c'est déjà un début et c'est mieux qu'une caravane trois murs avec vue sur rien du tout. Ici, au moins, y a un peu de peuple et quelques magasins alentour. Si avec tout ça, ils se plaignent...


    Bon, c'est pas tout ça mais après les avoir meublé comme il se doit, il est temps de trouver un job. Harper veut bosser dans la politique. C'est tout à son honneur. Avec le look, les yeux qui tuent et le sourire colgate, il a tout pour aller loin, ce petit. Sauf que pour trouver un poste en politique, faut se lever de bonne heure. Rien aujourd'hui... hélas...

    Aliza, elle, n'a pas l'air pressée de trouver du travail. Pendant son cher et tendre futur s'échine à entourer les petites annonces, elle lit les aventures de Barry Torpeur à l'Ecole des Sims... Passionnant... c'est pas ça qui va remplir le porte-monnaie.


    C'est bien un mec, lui, ça se voit. Plutôt que de faire connaissance avec sa jolie rouquine de coloc', il préfère suivre le foot à la télé. Manquerait plus qu'il demande à Aliza de lui amener une bière et ses pantoufles... Déjà que leur relation est assez mal partie, je ne tiens pas à la voir se dégrader de plus en plus. Logiquement, ils sont censés finir ensemble, ces deux-là. Une veine que ni l'un ni l'autre ne soit d'aspiration amour.


    Harper, en bon flemmard qu'il est, a tout de suite trouvé la chambre (après le match, bien sûr... vous n'aviez quand même pas cru qu'il allait rater un touch down ?). Et en bon petit gars bien discipliné, il a déjà choisi son lit. Bon, forcément, c'est pas ce qu'il y des plus polis, il aurait au moins pu demander à Aliza ce qu'elle en pensait.


    Après une bonne petite sieste bienfaitrice, il est temps d'aller saluer les voisins (quels casses-pieds, d'ailleurs... toujours à venir quand il faut pas). Tandis qu'Harper flashe sur la jolie brune en bustier rose, Aliza semble avoir un problème.

    - Je crois que les toilettes sont cassées, souffle-t-elle à l'oreille d'Harper. Et le type en noir, je crois bien qu'il y va. On lui dit, ou pas ?

    Et naturellement, ça les fait marrer. Remarquez, on va pas s'en plaindre parce que pendant qu'ils murmurent entre eux, leur relation s'améliore.


    En tout cas, l'histoire des toilettes cassées, ça a servi à quelque chose car Harper vient de se faire une amie en la personne d'Aliza ! Vous avez vu son sourire de vainqueur ? Comme il est content d'avoir fait copain-copine avec la jolie rouquine. Ca va lui permettre de se rapprocher un peu d'elle et, qui sait, de conquérir son coeur. Moi j'dis que ça va pas être gagné, cette affaire, parce que si Harper trouve Aliza à son goût, Aliza le trouve complètement ringard et inintéressant... quand je pense que j'ai fais en sorte qu'ils aient presque les mêmes préférences... j'ai dû sauter une ligne dans le mode d'emploi.


    Regardez-moi ces voisins qui s'incrustent jusque tard dans la journée ! Ah, les vautours ! Tout juste bons à regarder la télé sans leurs hôtes et à ricaner dans leur coin. Mais ça n'a pas l'air de déranger Aliza. Après un léger coup de main de ma personne, elle commence à chercher du boulot. Et étant donné qu'elle ne désire aucun travail et que son désir à long terme est de marier six enfants, on est assez mal pour ce qui est d'engranger des points. Alors tant qu'à en perdre un, autant lui prendre le job que JE souhaite. Allez zou, tu vas bosser en cuisine, ce sera parfait, comme ça tu pourras faire de bons petits plats à tes futurs gosses.


    En bonne petite fée du logis, Aliza récure toute la maison, du sol au plafond. Tout y passe : la salle de bain, la cuisine, les poubelles... tout ! Et le tout en chantant, s'il vous plait ! A croire qu'elle aime passer la serpillère et frotter la cuisinière. Elle fera une bonne petite épouse, plus tard. Plus besoin de femme de ménage, avec elle... et puis d'abord, ça coûte de l'argent.


    Les voisins, c'est bien beau, mais il ne viendrait pas à l'idée d'Harper de les mettre à la porte par lui-même. Je suis donc obligée de le lui souffler gentiment, telle une voix qui résonnerait dans son crâne.

    - Harper, mon lapin, pourrais-tu être assez chou et envoyer balader ces malotrus qui squattent ta jolie maisonnette ?

    Ni vue, ni connue... personne n'a su que cet ordre venait de moi. Et voici Harper qui serre la pogne à tout le monde en disant :

    - Bon bah c'était sympa, mais y a une voix qui me dit de vous dire de vous aller.

    Quel tact, j'vous jure...


Score du moment : 9 points.

Posté par ParkerJones à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 novembre 2006

2. Le rendez-vous des mouches

    Les invités à peine partis (ils ont d'ailleurs oublié de fermer la porte derrière eux), Harper décide de s'installer tranquillement près d'Aliza, peut-être dans l'espoir d'échanger quelques mots gentils et ainsi voir leur relation s'étoffer un peu parce que, je veux pas dire, mais là, ça stagne. Le hic, c'est que la rouquine a l'air tellement absorbée par son bouquin qu'elle ne remarque même pas le pauvre homme. Et ce n'est pas faute de la couver des yeux en pensant qu'il aimerait bien devenir son meilleur ami.


    Lassée de le voir lui lancer des oeillades de poissons meutris d'amour, je lui donne un petit coup de main en lui soufflant :

    - Harper, mon bichon, regarde-la. C'est la fille qu'il te faut. Allons, ne fais pas le timide et invite-la à un rendez-vous.

    Ce qu'il y a de bien avec Harper, outre le fait qu'il soit mal élevé, c'est qu'il m'obéit au doigt et à l'oeil.

    - Arf... boarf... euh... rendez-vous ? bafouille-t-il après de sa chère et future.

    Le bafouillage en règle, ça l'a toujours impressionnée, Aliza. C'est pour ça qu'elle a accepté... sinon...


    Bon, je ne touche à rien et je regarde. Le rendez-vous commence par un petit ragotage de derrière les fagots. Ca papote du gars en noir qui a été aux toilettes alors qu'elles étaient cassées. Ca les fait rire, moi je suis blasée mais ce qui compte, c'est le résultat.


    Et ça continue par la traditionnelle bataille d'oreillers. Quand je les vois se bastonner toutes les trois heures avec leurs polochons, ça me donne envie de hurler "STOP !" Nan mais c'est vrai, quoi... qu'est-ce qu'ils ont à toujours vouloir se mettre sur la tête à coup d'oreillers ? Y aurait que moi, ça ferait longtemps que je les aurais confisqués.


    Tout allait pour le mieux lorsque... patatra ! Le téléphone se mit à sonner. N'écoutant que son courage et l'envie de se faire de nouveaux potes, Harper plante la pauvre Aliza et fonce décrocher.

    - Allô ? Ah ! Bonjour... oui... oui... oh ? Ah, la la... Bah oui... woua... C'est vrai ?

    Et ça dure, et ça dure, et ça dure... Et la pauvre Aliza se sent toute délaissée...


    Comprenant la bourde qu'il vient de faire, Harper tente de réparer les dégats. Mais y a pas moyen. Rancunière comme Aliza, y a pas. Elle ne laisse pas s'expliquer si facilement. Il a beau dire tout ce qu'il veut, lui faire du charme, du rentre-dedans... que dalle !

    - C'était censé être un rendez-vous romantique, rien que toi et moi ! s'exclame-t-elle.

    - Bah quoi, on est tout seul dans la maison, non ?


    L'heure tourne, le temps presse... je crois que je vais les aider un peu, parce que le rendez-vous piétine sec. Et tant pis si une vague fumée verte s'échappe d'Harper, il ne s'en sortira pas comme ça ! Je tiens pas à ce qu'il me foire ce premier tête à tête ! On va d'abord lui souffler qu'elle est adorable quand elle fait la moue, puis on va lui sourire façon émail diamant... Un petit coup de charme de derrière les fagots et le tour est joué ! Prends-en de la graine, Harper... je serai pas tout le temps là pour te sortir des ennuis.


    Qu'est-ce qu'il y a Harper ? Ca sent la morue ? C'est normal, tu n'as pas pris de douche depuis ce matin. Et ne viens surtout pas me dire qu'elle te plait pas, la douche. Je t'ai pas vu souvent y aller, sous cette douche. Alors te plains pas... Eh ben non, il se plaint pas l'animal. Au contraire... L'odeur de poisson pas né semble ne pas le déranger plus que ça. J'aurais peut-être dû lui mettre au moins un ou deux points de propreté, parce que là, s'il ne fait pas fuir sa future madame et ses futurs potes, c'est qu'il a vraiment du bol.


    Non, non, ce ne sont les macaronis qui sentent comme ça... C'est Harper qui n'a toujours pas trouvé la douche depuis le début du rendez-vous, lequel n'est pas terminé, aurais-je ommis de vous le signaler ? Bah oui, monsieur Harp' avait une petite faim alors forcément, plutôt que d'attendre gentiment que la fin du rendez-vous lui augmente ses barres, il a préféré abandonner une nouvelle fois Aliza pour aller se faire une casserole de nouilles !


    Bon, alors là vous m'excuserez, mais je ne vais pas le laisser manger comme ça alors qu'Aliza l'attend en tapant du pied.

    - Eh bien, tu auras mis le temps ! gronde-t-elle. Je croyais qu'on était en rendez-vous ?

    - Bah maintenant, on l'est plus. Allez, cocotte, c'était top comme rendez-vous mais là, j'ai vraiment la dalle. Je vais manger.

    Un petit bisou pour faire passer à Aliza l'envie de lui coller une baffe et le voilà parti à baffrer dans son coin.


    Ben on peut dire que tu auras mis le temps à trouver la douche, toi ! Vous remarquerez que quand il prend une douche, c'est tout juste s'il ne prend pas le bain en même temps. Et c'est qui qui va passer la serpillère après ? Hein ?


    Je vous l'donne en mille : Aliza... et après la serpillère, la pauvre se colle à la vaisselle, celle que son futur homme a brillamment laissée trainer sur la table. Puis elle a vidé les poubelles aussi, elle a nettoyé les meubles de cuisine et briqué la cuisinière. Et qu'a fait Harper pendant ce temps-là ?


    Eh bien, il est allé se coucher...


    Score du moment : 11 points.

Posté par ParkerJones à 15:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 novembre 2006

3. L'équilibre des tâches

    Eh bien, il était tant que tu te réveilles, toi... flemmard va !

    - Wouaaaah ! Ca fait du bien, une bonne nuit de sommeil !

    Une nuit et demi, tu devrais dire. Quand je pense qu'Aliza est levée depuis longtemps et qu'elle est en train de faire le ménage. Toi qui ne penses qu'à ronfler, tu ferais mieux d'aller l'aider...

    Elle est si matinale, Aliza, et si soignée. A peine levée, c'est pour aller assécher le lac que Harper a créé en prenant l'une de ses rares douches. Et bien sûr, elle ne réchigne pas à la tâche. Jamais un mot de mécontentement, rien. Quand elle va nettoyer quelque chose, c'est toujours avec le sourire.

    Et Harper, pendant ce temps-là, il reste avachi devant la télé ou alors il tente une nouvelle approche de séduction. Faut reconnaître que point de vue méthode de drague, il est pas si fort qu'il en a l'air.


    Etant donné que je suis à peu près la seule à penser à des choses autrement plus importantes que la bagatelle ou le ménage, je suis forcée de pousser Harper aux fesses pour qu'il se dégote le job de ses rêves dans la politique.

    - Agent de police..., garde-malade... Mais y a rien !

    Mais si, regarde bien, en bas...

    - Oh ! Un travail dans le domaine de la politique ! C'est parfait pour moi, ça... A moi les beaux bureaux, les beaux costard, les belles secrétaires...

    Hum ?

    - Euh... on oublie les sécretaires...


    Fort d'avoir trouvé LE travail qui selon lui, augmentera sa relation avec sa colocataire, Harper pose le journal et décide de la charmer comme il se doit.

    - Tu sais, beauté, maintenant que j'ai un boulot, je vais pouvoir ramener de l'argent. Je serai bientôt un mec riche, c'est parfait pour toi, hein ? Tu te rends compte ? Un beau gars avec le porte-monnaie bien garni...

    - Je t'en prie, Harp' ! s'écrie la demoiselle. Pour qui tu me prends ?

    Mouais... bah m'est avis que ça va être difficile de les marier, ces deux-là.


    Vexée par l'attitude d'Harper, Aliza file au boulot sans demander son reste. La rouquine a trouvé une place dans le domaine de la cuisine. C'est pas vraiment le nec plus ultra du top du mieux mais elle espère bien devenir une grande célébrité... et moi aussi, du reste... ça augmentera les fonds pour que je puisse leur offrir une maison digne de ce nom. Ce qui me fait penser que ç'aurait été amusant de démarrer avec juste 5000§ en poche... non ? Ok, j'ai rien dit...


    Voilà bien une chose auquel ni l'un, ni l'autre ne pense : aller chercher le courrier. Puisque notre petite Aliza n'est pas là, c'est à Harper de s'y coller.

    - Tiens, on a du courrier... Hum... c'est pour Aliza... je me demande ce qu'il y a dedans...

    Non seulement, il se prend pour un conquérant du coeur qu'il est loin d'être, mais en plus il se permet de fouiller dans le courrier que reçoit Aliza... Quel manque de savoir-vivre !


    La jolie brunette de voisine appelle. Enfin quelque chose à portée de mon Harper. Il ne lui faut pas longtemps pour décrocher et entamer la parlotte avec la fille. Moi, je regarde ça d'un oeil suspect. Si vous pouviez voir les sourires qu'il fait à son combiné, c'en est hallucinant ! Eh ! Harp' ! Je te rapelle que c'est Aliza, ta chère et tendre, pas l'autre commère du quartier !


    La journée fut riche en plonge, pour Aliza. En rentrant, elle a ramené une collègue de travail, une certaine Jessica Esperanza, mariée au fils d'un gars qui prétend s'être fait enlever par des E.T. Beaucoup ne croient pas en cette histoire, mais moi j'vous l'dis : c'est vrai ! Elle lui apprend qu'elle habite juste à côté de chez eux et qu'elle a été voir le toubib ce matin pour une entorse du coude. Overdose de vaisselle, à mon avis... Nan mais rigolez pas, c'est dangereux de laver une assiette, de nos jours. Si on a le malheur de la lâcher, on est fichu de se prendre un retour dans les dents !

    En voilà un qui va pas être frais, demain matin. Je sais pas ce qu'il a dans ce crâne, ce gars, mais il ne se passe pas une journée sans qu'il n'invente une nouvelle idiotie. Celle du jour, c'est passer la nuit sur le canapé alors qu'il a un beau lit bien plus confortable et une jolie damoiselle à côté. J'espère que quand ils seront en couple, ils dormiront dans le même lit... sinon j'ose pas imaginer la crise !


    Si je vous dis qu'Harper attire les mouches, c'est pas une métaphore. Après sa nuit catastrophique dans un canapé dont le confort est semblable à celui d'une planche à clou, monsieur a décidé que ce serait mieux de manger AVANT de prendre une douche. Comme je n'ai pas mon mot à dire, ou presque, je l'ai laissé faire. T'es vraiment qu'un gros dégoutant, quand même !

    - C'est pas vrai ! J'suis pas gros !

    Je suis blasée...


    Bonne nouvelle : Harper a enfin décidé de se nettoyer, après avoir noyer une dizaine de mouche dans ses céréales (remarquez, en même temps, il avait la viande...). Mauvaise nouvelle : il n'a pas encore compris que quand on est sale, on prend un bain ou une DOUCHE ! Je peux savoir ce que tu fiches devant ce lavabo ? Ca va durer trois heures !

    - Meuh non, je passe juste un coup rapide.

    Je serais toi, je frotterai sous les bras avec le produit vaisselle, ça retirera l'odeur de poissson...

    Si Harper me rend complètement chèvre avec ses idées à la noix, je suis très fière d'Aliza qui vient de gagner un point de nettoyage toute seule comme une grande. Comme quoi, ça sert de récurer les toilettes tous les jours. Si elle continue sur la lancée, elle sera une vraie déesse du ménage ! C'est pas Harp' qui ferait ça. Récurer les toilettes ? Jamais ! La douche ? Encore moins ! La vaisselle ? Ca lui foulerait le petit doigt...


    Alors là, je retire immédiatement ce que je viens de dire ! Harper qui fait la vaisselle, j'en suis toute retournée !

    - Bah ouais, je fais souvent cet effet-là aux femmes... Suffit de laver une assiette et elles me tombent dans les bras.

    Et c'est comme ça que tu comptes faire craquer Aliza ? Navré, mon pote, mais il va te falloir briquer toute la baraque, dans ces cas-là... et connaissant ta légendaire flemmardise, elle est pas prête de devenir ta femme. Enfin, on peut toujours espérer un miracle.

Score du moment : 13 points.

Posté par ParkerJones à 19:39 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

24 novembre 2006

1. Une véritable Galère

Galere_001

    Ah comme il est doux de pouvoir parfois changer un peu de challenge... Ca change les idées, ça permet de s'amuser... s'amuser ?! Houla ! Je peux vous dire que ce challenge-là, le challenge de la pauvreté made in Simsagora, ça rigole pas tous les jours ! Y des fois où je me maudis de m'embarquer dans des histoires où mes Sims risquent leur vie... parce que pour risquer la sienne, Célia, elle l'a risqué ! Mais voici comme tout a commencé...

Galere_002

    Cette jolie rouquine aux yeux verts, c'est Célia... Célia Galère. Un nom ô combien prédestiné lorsque l'on sait ce qui attend cette pauvre Simette. Elle n'est pas très joyeuse, sur cette photo, parce qu'elle se doute bien que quelque chose se prépare... et elle n'aurait pas tout a fait tort !

Galere_003

    Tu sais, Célia, ce n'est pas la peine de te faire toute belle parce que crois-moi, dans quelques instants, tu vas t'arracher les cheveux autant que moi.
    - Je sais mais j'y peux rien, faut que je sois jolie pour les photos...

Galere_004

    Nous allons commencer la journée en cherchant un petit job de plongeuse.
    - Plongeuse ? Mais, je sais pas nager, moi !
    Non, plongeuse dans le monde de la cuisine... tu fais la vaisselle, quoi. Tssss, faut tout lui expliquer. Alors première annonce, rien... deuxième, que dalle... troisième... Ah ! Pas de chance, te voilà à la plonge, tu commences demain à 14h. En attendant, je vais faire en sorte que tu t'occupes.

Galere_005

    Déjà, il faut se nourir, parce que l'estomac de la demoiselle se vide au fur et à mesure que les minutes passent. Rendez-vous au resto le plus proche pour une tentative de dîner à l'oeil made in Parker... entre nous, je sais pas si c'est légal dans ce challenge, mais étant donné qu'on y arrive une fois sur cinq, ça vaut bien les hot-dog !

Galere_006

    Le but du jeu, c'est de guetter la serveuse, la suivre discrètement, se pointer derrière elle et dès qu'elle pose le plat, hop ! D'un geste d'une rapidité et d'une habilité exemplaire, on s'empare du gâteau et on fonce le manger dans un coin en surveillant que personne ne nous regarde. Ce qu'il y a de bien avec ces Sims, c'est qu'ils sont tous aveugles !

Galere_008

    Lui, c'est Boris... Boris comment ? Me le demandez pas. La seule chose que je sais, c'est que c'est la version joufflue de Benjamin Renaudin. C'est vrai, il est moche, il a le nez cassé, la bouche en demi-cercle mais il plait à Célia. Et vu qu'on a pas trop le temps de choisir le bon bifteck, autant se jeter sur la première entrecôte qui passe.

Galere_009

    Seulement, monsieur Boris, c'est pas un facile. Il accepte de se faire charmer très difficilement mais quand il s'agit d'aller plus loin, macache ! A chaque fois ça passe à "ami, plus ami, ami, plus ami"... C'est d'un lassant. Et Célia a les barres tellement basses qu'elle ne demande qu'une seule chose pouvant la sauver : un rendez-vous ! Mais Boris n'est pas dupe :
    - Enfin, mademoiselle, on se connait si peu !

Galere_010

    Finalement, ce sont les barres rouges de Célia qui ont eu raison de sa patience. La pauvre est fatiguée, sale, affamée... à tel point que je me demande si elle va réussi à passer sa première journée en vie. Allez Célia, dis au revoir à monsieur Boris Pabô et va dormir, sinon tu vas...

Galere_011

    ... tomber... Trop tard, elle est tombée... Et vu la qualité du sol, elle a dû se faire mal au dos en même temps qu'elle s'est assommée. Bon, on va tenter de tout vendre pour lui acheter un fauteuil ou quelque chose pour qu'elle puisse dormir.

Galere_012

    L'arbre à Simflouze m'a sauvé la vie ! Ou plutôt, celle de Célia. La pauvre était dans le vert et elle a réussi par on ne sait quel miracle à récolter 40§ ! Ce qui m'a permis de lui acheter cette belle chaise longue en vrai bois d'arbre alors les options "maldedo" et "maldefesse" incluses. Ca n'a pas réellement augmenté sa barre d'énergie, mais au moins, elle ne crie plus qu'elle manque de confort.

Galere_013

    C'est dans les tons plus ou moins oranges que Célia part au boulot en cette deuxième journée. Elle va enfin pouvoir profiter d'un vrai salaire stable, bien que peu honorable. Mais bon, en économisant un peu, on devrait pouvoir s'en sortir. Et puis y un chouette centre de thalasso qui a été construit pas loin, ça s'appelle les Bains du Coin... très pratique quand il s'agit de prendre une douche.

Galere_014

    Seulement voilà, un bel imprévu vient d'arriver : Célia a été virée dès les premières heures de son boulot. Forcément, elle aurait mieux fait d'aider le chef Rémoulade plutôt que de rester le nez dans sa vaisselle. courageuse, mais pas du tout téméraire... Et c'est reparti pour la galère...

Galere_015

    Et bien sûr, pas moyen de retrouver le même job dans le journal du jour. C'est déprimant. En attendant, avec l'arbre à flouze, j'ai tout de même réussi à lui payer un canapé en pensant que ce serait mieux pour son énergie... Grand mal m'en a pris ! Tout a été dilapidé et la pauvre Célia n'est même pas reposée ! Pire, elle fait des cauchemars à propos d'un homme en noir venu lui prendre son boulot...

Galere_016

    Troisième journée et pas de job à l'horizon. Direction les Bains du Coin pour la totale : toilettes, douches, manger. Forcément, c'est pas le gâteau au chocolat du resto mais ça tient quand même au corps. Ensuite, il faudra peut-être penser à travailler pour gagner sa croûte en attendant de retrouver du travail.

Galere_017

    Barista, c'est pas mal... sauf que pendant deux heures, Célia n'a pas arrêter de quitter le poste, revenir au poste, quitter le poste, revenir au poste... sous prétexte qu'elle était fatiguée. Une veine qu'elle ai réussi à gagner un peu d'argent entre deux crises. Je me félicite de l'avoir forcée à rester devant la machine à café, même contre son gré.

Galere_018

    Ô, comble du bonheur, extase et joie sur ma vie et la tienne, Célia ! Grace à tes simflouzes durement gagnés, tu es parvenue à réunir assez d'argent pour t'acheter un lit ! Certes, c'est pas encore le nec plus ultra du top du mieux, mais qu'est-ce que ça fait du bien de pouvoir dormir dans un vrai lit ! Allez ma cocotte, profite de ta journée, ensuite on épluchera le journal.

Galere_019

    Elle est toute guillerette, Célia, depuis qu'elle est parvenue à dormir huit heures sur un vrai matelas. Pour la féliciter de ne pas avoir craqué et d'être toujours en vie, je l'emmène faire un tour aux Bains du Coin où elle a tapé la causette avec quelques filles dans un jacuzzi avant d'aller lancer quelques fléchettes pour augmenter suffisamment sa distraction afin qu'elle accepte de regarder dans le journal.

Galere_020

    Sitôt rentrée de cette escapade bienfaitrice, je vends le lit pour acheter le téléphone, Célia invite son futur amoureux, et je revends le téléphone pour acheter le lit. Rigolez pas, on fait avec les moyens du bord ! En tout cas, Boris a l'air ravi de revoir la jolie rouquine. Ca c'est un bon point pour elle. Nous sommes mercredi, arrivera-t-elle à tomber enceinte avant lundi ?

Galere_021

    Oh ! Ca c'est du baiser langoureux ou je m'y connais pas ! Allez vas-y ma puce ! Fais-le tomber dans tes filets ! Vouala ! Maintenant, il ne rêve plus que de faire crac-crac avec toi... Sauf que là, ta barre d'énergie est dans le rouge, tu vas tomber avant d'arriver au magasin de fringues le plus proche... Dis-lui donc au revoir et vas te coucher, on verra ça demain.

Galere_022

    Puis, en passant, tant qu'on a un peu d'argent de côté, paye donc les factures. Je sais, 8§ c'est beaucoup dans l'état actuel des choses, mais si tu ne veux pas qu'on te pique ton lit, il faut savoir se saigner à blanc, à rouge et même à bleu..

Galere_023

    Et tant que tu y es, ce serait pas mal si tu pouvais enfin ouvrir le journal pour retrouver ton travail. Alors, y a quelque chose ?
    - Ben... oui... on recherche une plongeuse dans un petit resto de la balieue...
    Comme quoi, y en a qui ont de la veine...

Posté par ParkerJones à 19:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


25 novembre 2006

2. De la difficulté à porter un bébé...

    Début du quatrième jour. Tout est calme dans les environs, les barres de Célia sont dans le vert, bref... tout est parfait. Le seul bémol, c'est la taille minimale du porte-monnaie. Toujours un lit et juste un lit pour seul meuble. Sans oublier l'arbre à flouze qu'il faut arroser constamment... Ben tiens, je vais pas le laisser mourir, non plus !


    Allez, c'est pas tout ça mais on a du pain sur la planche. On est jeudi, il est temps de passer aux choses sérieuses. Le pas beau Boris est invité à aller faire un tour dans les cabines d'essayages, histoire de voir si on peut passer à deux. La réponse est oui, mais faut être bien serré ! La cabine a entamé deux fois la danse du scalp, sans une seule musique à l'horizon...


    Mais la troisième fois... Ô que cette musique est douce à mon oreille. Vous savez ce que ça veut dire ? Ca veut dire que nous sommes jeudi et que nous venons de récolter 5000 points haut la main ! Remarquez, si c'est dans cette tenue que Célia a attiré Boris dans la cabine la troisième fois, je comprends que ça ait fonctionné !


    Je sais, je sais... je crois que j'ai un peu trop surestimé ton endurance, dans la cabine d'essayage. Trois fois d'affilé, ça t'a donné faim et envie de dormir. Mais on va remédier à ça. Ca te tenterait un déjeuner à l'oeil au resto ? Eh ben c'est parti !


    Après s'en être mis plein la panse pour zéro simflouze (elle commence à prendre le coup de main, ma Célia), c'est l'heure d'aller au boulot. Je sais, la plonge, c'est pas ce qu'il y a de mieux, mais c'est obligatoire. Et puis vois le bon côté des choses : ça rapporte des sous et tu apprends à faire la cuisine.


    Tout le monde le sait, un bonheur n'arrive jamais seul. Il est parfois accompagné d'un autre bonheur ou bien d'une poisse pas possible. Ici, coup de chance, c'est un vrai bonheur ! Une simple journée de boulot et voici déjà une promotion ! Aaah, je me sens revivre, pas toi, ma cocotte ?


    Regarde-moi ça, Célia... Avec l'argent de ta promotion, j'ai pu t'offrir un frigo et un pan de mur sur lequel j'y ai mis un téléphone. Elle est pas belle la vie ?

    - Et la douche alors ? Je sens mauvais, moi !

    Je sens... euh... je sais, je veux dire... mais pour la douche, va encore falloir faire avec les Bains du Coin...

    Le platine, c'est vachement utile, vous savez ? Non seulement, ça permet de décrocher des promotions, mais en plus, c'est grace à ça qu'on récolte des simflouzes sur l'arbre à pognon. Alors autant être aux petits soins pour rester dans cette charmante couleur. Ce soir, Célia n'a plus qu'une idée fixe : se fiancer à Boris. Rêve réalisé, mais chère, mais ne compte pas sur moi pour organiser un mariage.

    Bah qu'est-ce qu'il y a ma cocotte ? Tu ne te sens pas bien ? T'as des nausées et tu te demandes si tu n'es pas enceinte ? Eh bien je vais te le dire, moi : dans peu de temps, on aura une mini Célia ou un mini Boris... et soit dit en passant, vu la tête de Boris, je préfèrerai une mini Célia...


    Tiens, tu vois, j'avais raison. La musique à la fin d'un gala-gala, ça ne trompe pas. Te voilà partie pour plusieurs jours de galère... et tant qu'à faire, moi aussi... Je vais me préparer une corde.

    Et on continue d'entretenir le platine avec un baiser langoureux à faire tomber un zombie. Ma pauvre Célia, il va falloir que tu fasses rendez-vous sur rendez-vous si tu veux conserver tes belles barres vertes. Parce que je ne sais pas si tu as remarqué, mais elle tombent très vite dans le rouge quand on attend un p'tiot. L'avantage que tu as, c'est que Boris est toujours dispo pour recharger tes batteries.


    Si personne n'avait encore jamais vu une Simette enceinte se balader en pyjama au beau milieu d'un centre de thalasso, c'est maintenant chose faite ! Franchement, tu aurais pu t'habiller avant de sortir. Ah, mais suis-je bête, tu n'as encore ni douce, ni armoire. Un peu de patience, ça va venir.


    Après s'être bien nettoyée, Célia fait la connaissance d'un rouquin un peu moins moche que Boris : Laurent Marquès. J'ai dis : "UN PEU MOINS" ! Je le sais bien qu'il est quand même moche, mais elle s'entend bien avec. Elle lui parle de ses doutes, du moment où elle devra élever toute seule son bébé. Et il l'écoute bien gentiment. Allez demande-lui son numéro, je sens qu'il peut faire un meilleur père que l'autre blondinet.


    Pendant que Célia est au téléphone avec Laurent, son futur futur, Boris, le futur ex, débarque pour lui amener un énième bouquet de fleurs. Je me demande bien pourquoi il s'échine à t'en offrir autant, surtout qu'on a pas le droit de les revendre. Tant pis, on leur trouvera bien une utilisation pratique... comme déterminer la limite de la future maison.


    Une Simette enceinte et en pyjama est toujours affamée. Heureusement qu'il y a le fameux resto juste à côté. Cent mètres à faire et nous voilà à humer la délicieuse odeur des cuisines.

    Alors ? T'es-t'y pas contente avec un bon bol de macaronis gratinés ? Ca requinque mieux que les hot-dog, hein ? Mais chut, faut pas le dire, après on va se faire taper sur les doigts comme quoi, notre petit manège n'est pas légal. Un petit dessert, maintenant ?


    Ah bah t'as gagné ! Voilà ce qui arrive quand on passe son temps à hurler qu'on est fatigué plutôt que d'aller se coucher. Tu n'as qu'à t'en prendre qu'à toi-même, ma pauvre. Et le bébé, tu y as pensé, au bébé ? Qui te dit que tu ne l'as pas assommé dans ta chute ?


    Le sixième jour débute dans la joie et la bonne... quoi ? Ils ne te plaisent pas, les hot-dogs ? Arrête de faire cette tête-là, c'est pas de ma faute si tu les as cramés ! Va donc manger, ma cocotte. Tu vas voir, carbonisés ou pas, ça va te remplir l'estomac.


    Que cette image est belle et pleine de promesses. C'est une scène qui semble nous murmurer : "bientôt, tu auras un deuxième pan de mur... bientôt, tu auras des toilettes rien que pour toi..." Mouais, bientôt. En attendant, il a quand même fallu qu'on réduise le budget de trois-quart pour offrir à mademoiselle un lit à bébé. Il aurait dormi où, sinon ? Dans l'herbe ? Avec les fourmis ? Brrrrrr, ça me fait froid dans le dos...


    Ce qu'il peut être pénible, ce téléphone, à sonner quand on tente de faire une sieste salvatrice ! Dépêche-toi de répondre et retourne te coucher. Et je te signale que s'il se remet à sonner, je le revends illico presto ! Comment veux-tu te reposer si tous tes futurs amants se mettent en tête de t'appeller toutes les trentes secondes ?


    Parce que tu es fatiguée et que je n'ai pas le courage de t'emmener dîner gratuitement au resto, tu as exceptionnellement le droit d'étrenner ton beau frigo auquel tu n'as toujours pas touché. Mais attention, c'est la seule et unique fois que je t'y autorise ! J'aimerai autant avoir de la réserve quand le petit sera là et que tu ne pourra plus te déplacer.


    Je crois que tu as bien mérité une bonne nuit de sommeil. Demain, on entamera le septième jour. Ce sera encore calme, mais d'ici la semaine prochaine, je pense que les galères vont rappliquer à grands pas avec la venue du bébé... Et arrête de rêver de Benjamin Renaudin ! Je te rappelle que tu as la version joufflue pour toi toute seule... Et exigeante, avec ça...

Posté par ParkerJones à 18:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

26 novembre 2006

3. Divine Galère

    Tu sais, ce n'est pas très raisonnable de crier et pleurer dans ton état. D'accord, je t'avais acheté de belles toilettes vertes afin que tu puisses te soulager en express. Et d'accord, je les ai revendues après. Mais t'en fais pas, je t'en rachèterai... et je les revendrai... puis j'en rachèterai... que je revendrai...


    Maintenant que le soleil du septième jour est enfin levé, je pense que tu devrais donner de tes nouvelles à quelqu'un de bien particulier. Oui, oui, tu as parfaitement compris : Laurent Marquès, le roux-pas-bô-mais-plus-bô-que-Boris. Autant commencer tout de suite à faire ami-ami avec lui, ça nous facilitera la tâche pour plus tard.


    Depuis que mademoiselle a décrété tout net qu'elle ne sortirait plus dans son état, elle est obligée de se rabattre sur les mots croisés pour tenter de se divertir. Non pas que je n'aurais pas pu lui acheter une cible et des fléchettes, mais les finances étant ce qu'elles sont, mieux vaut économiser le moindre simflouze.


    Et nous n'en finissons pas de jongler entre toilettes, douche, frigo, toilettes, douche, frigo... Chaque fois que je rachète l'une des ces trois choses, Célia est contente, mais dès que je la revends, c'est tout juste si elle nous piquerait pas une petite déprime ! Je sais, elle est dure la vie, mais c'est comme ça. Le confort, ce sera pour la prochaine génération.


    Et bien évidemment, pas de sortie veut dire aussi : pas de hot-dogs et autres mets succulents... Vive le sandwich à la viande, peu nourrissant pour deux rond et pas très appétissant. Dire qu'il en fait deux pour caler l'estomac de Célia... Le frigo va finir par se vider en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire.


    Vite ! Au secours ! L'heure de la délivrance est arrivée ! La pauvre Célia se tord de douleur, mais dans un sursaut de lucidité, elle a tout de suite couru derrière le frigo pour se cacher des vilains curieux qui oseraient traverser la route.


    Et voilà Célia, tu es maman et heureuse de l'être. Tu vas rester en platine pendant un petit bout de temps, c'est très bien pour les simflouzes. C'est une petite fille qui vient d'arriver et vous savez comme on l'a nommée ? Divine... Divine Galère. C'est-y pas beau ?


    Alors, voyons voir un peu à quoi elle ressemble, la petite. Mmmh... déjà, bon point, elle sera rousse comme sa maman. Ensuite, second bon point, elle a les yeux verts de sa maman. Pour l'instant, je ne peux pas vraiment me prononcer quant à la beauté qu'elle deviendra plus tard... à moins qu'elle tienne de son père, ce qui serait un vrai cauchemar.


    Du coup, Laurent est passé faire un petit coucou à la nouvelle maman. Ca tombe bien, ces deux-là ont pas mal de choses à se dire. Tout d'abord, il faudrait commencer à améliorer leur relation. C'est que je le vois bien en futur papa, celui-là, et j'ai bien envie de récolter quelques points de bonus.


    Histoire de ne pas se tromper de bonhomme, Célia lui demande si elle est à son goût. J'appréhende la réponse... mais ouf ! Il semblerait que cette jolie rouquine lui plaise bien plus qu'il ne veuille le dire. Bien, ce sera plus facile de les rapprocher.


    Humph... C'était peut-être pas une bonne idée d'élire Laurent au rang de futur. Vous avez vu avec quel air sadique il s'empare fiévreusement des malheureux simflouzes qui aurait pu servir à Célia ? Je vous le dit, si celui-là continue à lui rafler son argent de poche, il pourra dire adieu à la belle maman célibataire... et moi, à mes points bonus !


    C'est toujours comme ça : chaque fois que Célia tente de faire un gros dodo, y a toujours quelque chose pour la déranger. Ce matin, c'est Divine qui a donné de la voix pour qu'on s'occupe d'elle. Il est à peine quatre heures du mat', et notre brave Célia ne bronche pas. Elle est courageuse, quand même !


    Etant donné qu'elle n'a pas les moyens de se payer une table à langer, Célia a trouvé une méthode bien à elle de changer le bébé. Ca s'appelle le "retiré-lancé" de couche. Très efficace, et on a même pas besoin de talquer les fesses, après.


    Notre vil voleur de flouze revient à la charge ! Cette fois, Célia l'invite pour un rendez-vous romantique, en croisant les doigts pour que Boris n'apparaisse pas au mauvais moment. Parce que même planqués derrière le frigo, on les verrait quand même ! Manque plus qu'une scène de jalousie genre amour, gloire et beauté, et la galère sera complète !


    Célia, en plus d'être bien élevée, est aussi d'une délicatesse incroyable. Qui a dit que le baise-main ne se faisait plus, de nos jours ? Quelle erreur. Heureusement qu'il existe encore, sinon je ne suis pas sûre que Laurent aurait si facilement craqué pour la rouquine.


    Ah, tu peux sourire. Pour une fois que le facteur ne glisse pas de factures dans la boiboite. Ce sont deux lettre d'amour qui s'y trouvaient à la place, toutes deux de Laurent.

    - Quel homme charmant et plein d'attention !

    Mouais... m'enfin, je m'avancerai pas trop non plus.


    Parce que mademoiselle a eu mal au dos toute la journée et se plaignait du mauvais confort de son matelas, il a fallu que je lui achète cette chaise longue, la toute dernière de chez Linbago, afin qu'elle puisse recharger un peu sa barre. Bien évidemment, je l'ai revendu après mais bizarrement, cette perte ne lui a fait ni chaud, ni froid, à Célia.


    Déjà l'anniversaire de Divine... comme la huitième journée est passée vite. Comme cadeau, j'ai décidé de lui offrir une petite table et un gâteau. La table, je la revendrai après, mais le gâteau, tant qu'il ne moisi pas, il colmate sacrément bien les brèches de l'estomac !


    Mais c'est qu'elle n'est pas si laide que ça, la gamine... pour l'instant. Bon, à part le nez écrasé. Il avait un nez écrasé, Boris ? Il me semblait plutôt cassé... Mais, remarquez, il était peut-être écrasé avant d'être cassé. Ce qui expliquerait bien des choses.


    Je ne veux même pas imaginer le temps que va prendre l'éducation de Divine ! Rendez-vous compte : même pas un petit biberon de lait-futé pour aller plus vite. Je ne sais pas ce que la municipalité avait en tête, le jour où elle a interdit ce produit à la vente, mais elle va bien nous faire galérer !


    Mais ils m'énervent, avec leur bataille d'oreillers ! Pas moyen de donner un ordre à Célia sans que ce dernier soit interrompu par un coup de polochon en pleine figure ! Oh, nom di diou, si je ne me retenais pas...


    Et voici ce qui va finir d'achever mon moral. Super content du dernier rendez-vous, Laurent s'est ramené en pleine nuit pour offrir à Célia un pouf bien confortable... Seulement, notre belle rouquine n'aura pas le droit de s'en servir.... direction l'inventaire, et qu'on n'en parle plus ! Ah, j'enrage ! Tiens, ça me donne envie de continuer à jouer debout, par esprit de solidarité...

Posté par ParkerJones à 18:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 novembre 2006

4. Education et coup au but !

Galere_068

    Neuvième jour. Divine fait encore montre de sa divine voix. Il est cinq heures du mat', et Célia a bien du mérite de supporter le cirque de la petite alors qu'elle est encore fatiguée. Eh oui, fini la belle vie, te voici maintenant maman, avec tous les inconvénients qui en découlent.

Galere_069

    Célia est une brave fille, dans son genre. Plutôt que d'attendre sagement les vautours d'huissers, elle préfère payer gentiment ses factures. C'est vrai que 8§ simflouzes, c'est pas ce qu'il y a de plus cher pour l'instant. Mais il parait que pour les possesseurs d'un énorme terrain, la somme serait astronomique ! Tu peux t'avérer chanceuse, Célia.

Galere_070

    Le caractère de Divine s'affirme de plus en plus à mesure que la journée passe. Moi qui la croyais calme, au même titre que sa mère, elle s'avère être finalement un petit monstre que le pot rouge vif révulse plus que tout ! Regardez-moi le cirque qu'elle nous fait quand elle ne veut pas aller sur le pot !

    - C'est normal... La pauvre, elle est toute sale !

    Et c'est une raison valable ?

Galere_071

    D'accord, c'est bon, t'as gagné ! La voilà, ta baignoire, t'es contente ? Dis à ta puce de bien en profiter parce que sitôt qu'elle sera toute belle et toute propre, la baignoire, je la revends ! Nan mais qu'est-ce qu'il ne faut pas faire pour garder ses Sims de bonne humeur !

Galere_072

    Puis, tant qu'à faire, profites-en pour te laver toi aussi, tu vas finir par sentir le Bresse Bleu, à la longue.

    - Aaah, qu'est-ce que ça fait du bien une vraie baignoire. On la garde, dis ?

    La seconde génération aura sans doute les moyens d'avoir une baignoire rien qu'à eux. Toi, non.

Galere_073

    Maintenant que Célia sent de nouveau la rose qui vient d'éclore, je lui souffle d'inviter Laurent rapidement afin de conclure une bonne fois pour toute cette affaire et passer à un autre. Non, je ne suis pas du tout attirée par les points bonus. Mais disons que je voudrais bien que l'héritier soit une beauté digne de ce nom.

Galere_074

    Mais c'est pas vrai ! Le voilà qui recommence ! Célia, fait quelque chose !

    - Je peux pas, la petite a envie. Fais-le, toi !

    Si seulement je pouvais... Et voilà, 40§ de partis en fumée, et tout ça pour quoi ? Pour un gars dont le nez n'est pas mieux que celui de Boris ? Je vous jure que dès qu'on aura plus besoin de Laurent, je te me le vire à grands coups de pieds dans le train et qu'on en entende plus parler !

Galere_075

    La petite a apaisé son envie ? Ok. Elle a mangé ? OK. Elle joue tranquillement ? Impeccable. On peut maintenant passer à la vitesse supérieure.

Galere_076

    On ne fait jamais les choses à moitié, chez nous. Quand je dis "vitesse supérieur", c'est pas pour de rire ! Maintenant que Laurent est tout feu tout flamme pour ma belle rouquine, il est tant de foncer vers le but... en espérant qu'il marque du premier coup.

Galere_077

    Bon alors ? Vous y allez ou pas ? Qu'est-ce qui se passe encore ? Je vous gêne ? Mais je suis derrière l'écran, comme vous pouvez... Ah ! J'ai compris... Ce n'est pas moi qui les bride en plein élan... c'est la petite, qui essaye tranquillement de mettre un rond dans un carré. Ca va, j'ai compris, on verra ça quand elle dormira !

Galere_078

    Manque de pot, elle n'est pas fatiguée pour un sou, la Divine. En désespoir de cause, Laurent est parti et histoire de dire que la gamine a tenté d'apprendre quelque chose sans lait-fûté, Célia s'est mis en tête de la faire parler. Rien que de voir la tête de la petite, je peux vous dire que c'est pas gagné.

Galere_079

    Et pendant que tout le monde dort, Laurent réapparait, ouvre son sac magique et offre à Célia... un Vase Ming ?! Mais c'est pas vrai ! On a vraiment tout pour plaire ! Vous savez combien ça se revend, ce genre de bibelot ? Quatre mille simflouzes ! Excatement ! QUATRE MILLE ! Ah ! J'veux mourir !

Galere_080

    Alors là, je tiens à préciser à l'aimable assemblée qui nous regarde en ce moment que jamais, ô grand jamais, la petite n'a appris à marcher ! Et pourtant, comble du miracle, la voilà debout ! Finalement... à quoi ça sert l'apprentissage si la gamine réussi à se mettre toute seule debout après popot ?

    - Divine, c'est un génie ! s'exclame sa mère.

    Mouais... pour moi, ce serait plutôt un bug...

Galere_081

    Là, par contre, point de miracle en ce qui vient de se produire. C'est avec fierté que la petite Divine sait maintenant prononcer un tas de mot en trois syllabes, genre "biberons", ou bien "vais au pot". Et le tout sans lait-fûté, s'il vous plait ! Ca s'applaudit !

Galere_082

    Ah, ah ! Tu la ramènes moins, là ! Hein Laurent ? T'as vu comme Célia t'a brillamment prit de vitesse ? Ca fait 40§ pour notre poche et que dalle pour la tienne. Ca fait quand même plaisir à voir, ce genre de petite vengeance.

Galere_083

    Elle est quand même pas rancunière, ma Célia, et c'est avec plaisir qu'elle accepte le gala-gala façon Laurent, après bien avoir pris soin de mettre la petite au dodo. Maintenant qu'elle dort, plus de chichis ! Je veux entendre cette petite musique si douce à mon oreille. Débrouillez-vous comme vous voulez et... Aaaaah, bah voilà ! Ca c'est du coup au but !

Galere_084

    Bon c'est pas tout ça mais l'achat du lit double, ça a quand même plombé le porte-monnaie, à tel point que Célia n'a même plus les moyens d'acheter une douche. Elle a commencé a pleurer en se demandant comment elle allait bien pouvoir se laver, lorsque j'ai trouvé THE solution : le lavabo ! Un gain d'argent pour une sacrée perte de temps, mais il a bien fallu passer par là.

Galere_085

    Alors là, moi j'en reste soufflée comme deux ronds de flan. Voilà maintenant que Divine sait aller toute seule sur le pot. Mais où s'arrêtera-t-elle donc ? Tu avais peut-être raison, Célia. Ta fille, c'est un génie.

Galere_086

    On a commencé la onzième journée en beauté avec Divine et son pot, on la continue avec Célia qui vient subitement de prendre le ballon en plein tartouillage de sandwich à la viande. Eh bien, si je ne me trompe pas, ça doit faire 2000 pts de plus pour l'enfant, et 5000 parce qu'il est de père différent. Que fais-je, je comptabilise maintenant ou je fais durer le plaisir ? Allez, je ne suis pas vache. Si aucune catastrophe ne point le bout de son nez, ça fera 12000 points !

Galere_087

    Cette image me fend le coeur. Non pas à cause de Divine qui a encore hurlé pour avoir son biberon, mais plutôt à cause de Célia. Cela faisait bien longtemps que je ne l'avais pas vu dans le rouge, ça me chagrine, moi qui prends bien soin d'elle.

Galere_088

    Comme c'est l'anniversaire de Divine, et histoire de remonter le moral à Célia, j'invite Laurent et j'achète un gâteau afin d'organiser un erzatz de petite fête. Et ça marche ! Célia retrouve le sourire et Divine n'a plus qu'une hâte : grandir.

Galere_089

    Voyons voir la tête de l'enfant. Mouais... ça aurait pu être mieux... mais ça aurait pu être pire aussi. Je crois qu'on l'a échappé belle, sur ce coup-là. Enfin, ne nous avançons pas trop, on ne sait pas ce que ça va donner quand elle sera ado.

Galere_090

    Ca aussi, ça faisait longtemps que c'était pas arrivé. La pauvre Célia n'a même pas eu le temps de se traîner jusqu'au lit. Sitôt levée des toilettes, elle a tourné de l'oeil dans l'herbe tendre. Allez, cocotte, un petit effort ! Réveille-toi et je te porte jusqu'à ton plumard.

Galere_091

    On aurait pu éviter des dépenses supplémentaires si fifille s'était super bien entendu avec maman... Seulement, la gamine n'a jamais voulu dormir dans le même lit, on se demande bien pourquoi. Ah, peut-être parce qu'elle a surpris sa mère en train de batifoler avec Laurent ! Oui... ça doit être ça... Quoi qu'il en soit, demain, je revends le lit !

Posté par ParkerJones à 16:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 novembre 2006

5. Petit Kel

    Mère et fille sont devenues les meilleures copines du monde. Les voilà qui jouent innocemment alors que se pointe l'aube de la douzième journée de galère. Evidemment, toujours pas de murs, ni de grand canapé tourné vers une télé en 5.1 et 16/9, ni même un jacuzzi ou une salle de sport. Mais il ne faut pas désespérer, hein les filles ?


    C'est le premier jour d'école de Divine, aujourd'hui, et la petite est super contente à l'idée d'y aller. Et quand sa mère lui demande pourquoi, voici ce que répond la gamine :

    - Parce que l'école, ça a des murs et des chaises !

    Si jeune et déjà un sens de la répartie à toute épreuve.


    Mais qu'est-ce qu'il fait encore ici, ce grand nigaud ? Célia ! Je t'avais dis que je ne voulais plus jamais revoir ce piqueur de flouze !

    - Je sais, mais j'ai besoin d'un rendez-vous pour remonter mes barres.

    Et le père de Divine alors, il compte pour du beurre ? Lui, il ne t'a jamais volé d'argent. Bon d'accord, il avait une tête qui me revenait pas, mais quand même !


    Dis, Célia. Au lieu d'écouter ta fille te raconter sa première journée d'école, tu pourrais peut-être regarder derrière toi. Je t'ai offert un deuxième pan de mur ! Idéal pour une future douche. T'as vu, elle avance quand même, la maison, faut pas désespérer !

    Je suis ravie de voir maman et fifille dormir côte à côte, dans le même lit. Ca fait des économies pour plus tard. Plus besoin d'acheter un plumard pour Divine. Maintenant, on va pouvoir mettre de côté pour offrir à ces demoiselles un matelas un peu plus confortable que celui-ci.


    Bon, alors là, Célia, cette fois je t'INTERDIS formellement de revoir Laurent ! T'as vu ce qu'il vient de t'offir encore ? Un aquarium ! Comme si on avait une maison pour le mettre ! Alors il file dans l'inventaire et si jamais je surprends le rouquin sur ta parcelle, c'est moi qui le vire !


    Treizième journée... Rien de tel qu'un bon fauteil à 500§ pour remonter entièrement le confort de mademoiselle Célia. Oui, je sais, ça fait mal de débourser autant, mais ça fait tellement de bien quand on le revend !


    Pour faire plaisir à Divine, et surtout à mes yeux, j'ai acheté un petit miroir histoire que la gosse change de coiffure, et je l'ai revendu tout de suite après (le miroir, pas la gosse). Vous ne trouvez pas qu'elle est bien plus mignonne comme ça ? On en mangerait presque. Dire qu'elle ne sera pas l'héritère... Tant pis, elle aurait fait fureur avec son nez ecrasé et ses yeux verts.


    Bon, c'est pas qu'on s'ennuie, mais il faudrait peut-être songer à trouver un compagnon ou une compagne au gosse qui n'est pas encore né. Bah oui, je prends de l'avance, on sait jamais. A force de ponctionner l'arbre à flouze, on a fini par avoir une bonne petite cagnotte. Alors, tout d'abord, le livreur de nourriture chinoise. Mouais... pas terrible, le gars. Je dirais même qu'il ferait de l'ombre à Carmen Muller haut-la-main.


    Bon, passons au s... Bah, qu'est-ce qu'y a, ma Célia ? Houla ! Dis rien, j'ai compris ! Branle-bas de combat, voilà le petit qui arrive !


    Regarde Divine, tu as un petit frère. Il s'apelle Kel... Kel Galère. Roux comme sa maman, les yeux verts de sa maman. S'il n'a pas le nez horrible de son voleur de père, ainsi que sa tête au carré, je pense qu'il fera un bon héritier.


    Allez, c'est pas parce que tu viens d'accoucher qu'on va se reposer sur nos lauriers. Une petite sieste, et tu vas joyeusement dépenser 56§ pour voir la livreuse de l'épicerie. En fait de livreuse... pas d'bol... c'est un gars... La pizzeria, peut-être ? Croisons les doigts !


    Eh bah voilà ! Suffisait de demander ! Et en plus, elle est pas laide du tout, la petite livreuse de pizza. Cheveux noirs, visage fin. Réjouis-toi, Célia. Ton fils aura une belle épouse avec un beau prénom : Leïla.


    Je ne sais même plus quel jour nous sommes, mais qu'importe. C'est déjà l'anniversaire de Kel, aujourd'hui, et comme d'habitude, j'ai fait souffrir le compte en banque pour avoir un beau gâteau qui colmate bien l'estomac. Oui, je sais, je suis trop gentille avec cette petite famille, mais que voulez-vous, je suis comme ça.


    Et voilà le petit Kel au rang de bambin. Mmh... un rapide coup d'oeil sur lui me permet d'affirmer sans me tromper qu'il ne sera peut-être pas si moche que cela. Petits yeux verts voyous, sourire colgate ultra plus à l'aloévera et au menthol. J'espère qu'il va continuer dans cette voie-là. Remarquez, avec une future épouse comme Leïla, j'ai pas trop de soucis à me faire.


    Depuis la naissance de Divine et à cause de l'absence de la table à langer, le "retiré-lancé" de couches est devenu un sport à part entière. Il ne manque plus que l'approbation de la municipalité pour l'homologuer et toutes les familles Sims pourront tenter de détrôner publiquement Célia, la championne en la matière !

    Et maintenant, penchons-nous un peu sur le score total actuel, score dont je suis fière mais qui n'est pas vraiment mirobolant non plus. 12000 points... Pour un débutante, c'est pas mal !

Posté par ParkerJones à 17:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

08 décembre 2006

6. Vogue la Galère

    Ce qu'il y a de bien avec Kel, c'est qu'il ne réchine pas à l'apprentissage. Faut reconnaître que Célia a enfin compris qu'il valait mieux apprendre à ses gosses des mots utiles comme "biberon" ou "nounours"... parce que "chaise longue", non seulement il y a deux mots, mais en plus, personne ne sait ce que c'est !


    On disait de Divine avec sa divine voix, mais Kel... Quelle voix ! Ses cordes vocales sont plus puissantes qu'un avion passant le mur du son à Mach 3... et encore, c'est pire que ça, parfois. Encore une chance que Kel ait compris qu'il ne fallait pas hurler en pleine nuit... C'est un petit garçon intelligent, même si ça se voit pas.


    Regardez-moi la tête de la factrice ! Bah oui, je sais, y a qu'un bout de mur et le strict minimum sur cette parcelle, mais c'est pas une raison pour rester là, la bouche ouverte... Comme si Célia était la seule à faire du camping chez elle.


    Ca fait des jours maintenant que Célia traîne son envie de gagner un point de créativité afin d'avoir une promotion. Maintenant qu'il y a un peu de sous de côté, je lui offre un beau chevalet tout neuf qui va repartir au magasin une fois qu'elle aura eu son point. Ce n'est donc pas maintenant qu'on aura plein de tableaux de maître sur les murs de la future maison.


    Ce qui est cool dans cette affaire, c'est qu'en revendant le chevalet, il y avait assez d'argent pour prendre provisoirement une cuisinière. Célia, qui rêvait depuis longtemps d'un bon gratin de macaroni, est enfin comblée... Savoure bien, ce sera rare un repas comme ça.


    - M'man ! M'man ! J'ai eu 20 sur 20 ! J'ai eu 20 sur 20 !

    Tu sais Divine, c'est pas la peine de hurler, ta mère est profondément endormie dans un fauteuil qui coûte la peau des fesses. Je sais que tu es contente mais t'en fais pas, elle te félicitera quand elle cessera de rêver de Laurent !


    Vous avez vu, les filles (et le gars) ? Regardez-moi ça ! Maintenant, vous avez un angle complet de trois bouts de mur chacun ! C'est'y pas beau, ça ? Et c'est qui qu'on remercie pour vous avoir offert pareille merveille ?

    - M'man ! L'mur il a grandi !

    - C'est normal, ma puce. C'est Parker qui s'amuse.

    Parce que vous croyez peut-être que ça m'amuse de vous voir vivre dans un zéro pièce ? Quelle ingratitude !


    Tu voulais un repas chaud ? Je t'ai réacheté la cuisinière. Tu voulais des pâtes bolognaises ? J'ai attendu que les fasses avant de revendre la cuisinière. Et maintenant, t'es toujours pas contente ? J'admets qu'elles sont un tantinet cramées, les pâtes. Mais au moins, elles sont chaudes, tu pourrais me remercier au lieu de grimacer.


    Mercredi, dix-septième journée de galère. Kel vient de comprendre le fonctionnemment des toilettes-bébé. Célia va être ravi et va avoir un peu plus de temps devant elle. Bon, maintenant, faut apprendre au gosse à sortir tout seul de son lit et à ne pas crier... mais ça, c'est pas gagné.


    Leïla et Célia sont devenues copines. Peut-être pas encore les meilleures amies du monde, mais ça s'approche. Il faut toujours savoir conserver ses relations, surtout lorsque celle-ci est obligatoire pour la suite du challenge. Car c'est à travers la mère que Leïla aura le fils... enfin, pas maintenant... mais presque...


    L'anniversaire de Kel ! Enfin ! Les couches, ça va un temps mais on en a vite marre. Remarquez, c'est pas moi qui le change, le gosse, donc je vois pas pourquoi je me plaindrais... Comme d'habitude, j'ai cassé la tirelire pour offrir table ET gâteau afin de bien remplir les estomacs et que personne ne crie "FAMINE !!" pendant 24h !


    Petit zoom sur la tête du rejeton... Mmmh... le nez n'est pas trop cassé... lèvres très fines avec le sourire de piaf de son père... les joues un peu rondes... Mouais... c'est pas terrible tout ça, y a plus qu'à croiser les doigts pour qu'il s'arrange à l'adolescence, je tiens pas à avoir un Laurent Bis dans la famille, moi.


    Ok, il est peut-être moche, le kel, mais c'est un gosse très très propre qui passe son temps à tout briquer. Et le pire, c'est que ça le distrait. C'est un trait de caractère qui manquait un peu à Célia. Parce que elle, point de vue ménage, on pouvait facilement faire mieux.


    Le 18, c'est mon chiffre porte-bonheur, et nous sommes justement le 18ème jour. Kel va à l'école pour la première fois et espère en secret qu'il sera dans la même classe que sa soeur, entouré de murs et les fesses posées sur une vraie chaise. La chute va être rude quand il va rentrer à la... hum... maison...


    Les enfants à l'école, Célia peut enfin profiter de son temps libre pour aller se balader en ville. Direction le Club Music (je sais, c'est très recherché comme nom...).

    - Wouha ! Je m'amuse comme une petite folle !

    Pourtant, le Smustle, c'est pas ce qu'il y a de plus marrant. Je dirais même que c'est une danse carrément ridicule mais bon... tant que ça lui plait...


    Les travaux d'approche commencent de très bonne heure. Mieux vaut qu'ils s'entendent super excellement méga bien, ça facilitera les choses pour la suite et on gagnera du temps. Lorsque Kel sera adulte, il lui suffira d'un petit rendez-vous de derrière les fagots et l'affaire sera dans le sac (et Leïla dans la famille).


    Arh ! Mais je regrette ! Houla comme je regrette ! Regardez-moi la beauté qu'elle est devenue, ma Divine ! Bon, à part le nez un peu plat mais sinon, elle est sacrément belle. Bon Sim, mais pourquoi j'ai voulu les points pour des enfants supplémentaires ? Il a pas l'air malin, le Laurent Bis, à côté d'un canon pareil... y a des jours où j'ai envie de me pendre... d'ailleurs j'y vais...

    Et en passant, ça fait 15000 points... Pas mal...

Posté par ParkerJones à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]